Sablage, hydrogommage, comment ça marche ?

Sablage, Hydrogommage, AérogommageTous les jours ou presque des clients nous appellent pour des conseils sur du matériel de sablage/hydrogommage. Ces techniques sont aujourd’hui relativement connues et répandues mais il n’est pas toujours évident de les différencier et de choisir la bonne méthode en fonction du besoin.

Nous allons donc vous décrire sur cet article les différences entre ces techniques.

Sablage, hydrogommage mais qu’est ce que c’est ? comment ça marche ?

Ces 3 technologies consistent à projeter du granulat naturel sous pression pour décaper ou nettoyer une surface.

La sablage

Le sablage consiste à projeter de l’abrasif à très grande vitesse pour décaper des surfaces. Il existe 2 systèmes de fonctionnement :

  • par dépression, comme la sableuse ACF D50, où le granulat est aspiré par le passage de l’air et projeté sur la surface à traiter. C’est une solution simple et économique pour des petits travaux de décapage.
  • par suppression, où le granulat est stocké dans une cuve sous pression, puis projeté à haute pression sur la surface à traiter. Ce système est beaucoup plus performant, il est essentiellement employé dans des utilisations professionnelles pour des traitements de grandes surfaces.

Ces 2 types de sableuse doivent bien sûr être associées à un compresseur pour fonctionner.

Pendant longtemps le traitement de surface par sablage (ou par eau à haute pression) était légion, mais il avait pour inconvénient de ne pas garder systématiquement le support intact. Depuis les années 2000 une nouvelle technologie est apparue : l’hydrogommage.

Quelques exemples d’utilisation du sablage : Décapage / Nettoyage / Ebavurage…

 L’hydrogommage et l’aérogommage

Ce procédé est directement dérivé du sablage mais a pour avantage de préserver les surfaces de traitement. La projection de l’abrasif s’effectue à basse pression et permet donc de ne pas altérer les supports fragiles. L’intérêt est double parce qu’il apporte aussi de la précision contrairement au sablage qui est quasiment incompatible avec finesse et précision.

Lorsque l’on travaille à sec, on parle d’aérogommage. Lorsque l’on ajoute de l’eau, c’est à dire que l’on projette simultanément de l’eau et du granulat, on parle d’hydrogommage. L’adjonction d’eau lors de la projection a deux avantages, celui de diminuer l’impact de l’abrasif et surtout de limiter la poussière.

La « machine » permettant l’aérogommage et l’hydrogommage est la même, seule la buse Turb’eau qui permet l’alimentation en eau de la commande à distance est ajoutée pour effectuer de l’hydrogommage.

Pour certaines surfaces, telles que le bois, l’utilisation d’eau est impossible, le traitement sera effectué exclusivement par aérogommage. Cependant aujourd’hui quand les conditions le permettent l’hydrogommage est souvent privilégié, l’adjonction d’eau est même obligatoire sur certains chantiers urbains.

Le compresseur est également nécessaire pour le fonctionnement de ces machines.

Quelques exemples d’utilisation de l’aérogommage et de l’hydrogommage : Décapage de peinture / Nettoyage de statues, de façades, de monuments historiques / décapage de l’antifouling des coques de bateau / effacement de graffitis …

Quel compresseur pour ma sableuse/hydrogommeuse ?

La notion importante à retenir pour le bon choix de votre compresseur est le débit d’air qu’il est capable de fournir. Et le débit d’air nécessaire au bon fonctionnement de votre machine va dépendre du diamètre de la buse utilisée. Voici un petit tableau théorique sur les consommations d’air.

Ø de la buse Consommation d’air théorique Puissance compresseur Consommation abrasif (à 6 bars)
3 mm 500 L/min 5 ch 60 kg/heure
4 mm 850 L/min 9 ch 100 kg/heure
5 mm 1300 L/min 13 ch 160 kg/heure
6 mm 220 L/min 22 ch 230 kg/heure
8 mm 3700 L/min 37 ch 300 kg/heure
9,5 mm 5500 L/min 55 ch 544 kg/heure
11 mm 7200 L/min 72 ch 750 kg/heure
12 mm 9500 L/min 95 ch 950 kg/heure

Ce tableau de consommation d’air est théorique, il faut par ailleurs rajouter les pertes de charges et la consommation en air du casque.

Équipements pour sablage

Pour le sablage ou l’hydrogommage il est très fortement conseillé de se protéger, au minimum avec des gants et une visière mais nous vous préconisons plutôt d’utiliser les casques complets (BALI ou BORNEO de chez ACF) proposés avec les machines vendues équipées.

Concernant le choix de l’abrasif nous vous proposerons un autre article pour vous aider à choisir l’abrasif en fonction du but recherché.

Écologie

Il est à noter, que ces procédés (sablage, hydrogommage, aérogommage) sont écologiques puisqu’ils utilisent de l’eau et des granulats naturels qui sont par ailleurs facilement recyclables car il suffit de les ramasser au sol après le traitement. Aucun solvant ou autre produit chimique n’est utilisé pour cette technique et la consommation d’eau pour l’hydrogommage reste très faible.

 

9 réflexions au sujet de « Sablage, hydrogommage, comment ça marche ? »

  1. Merci pour cette article qui explique bien les différentes méthodes de « sablage » ( pour les non initiés ) , la méthode avec de l’eau est vraiment intéréssante pour limiter les poussières comme vous l’indiquez, il faut toutefois être vigileant à ne pas laisser s’écouler des peintures et autres vernis dans les nappes aquatiques, un système de filtration et de récupération des déchêts doit alors être mis en place.

  2. La différenciation entre les deux techniques est clairement expliquée . Beaucoup ont tendance à les confondre alors que les applications et le résultat diffèrent considérablement.
    Quant au nappes citées précédemment elles sont plutôt phréatiques qu’aquatiques 🙂

  3. Ping : Les différents type de buse de sablage - Blog Materiel BTP

  4. Ping : Petite sableuse pas chère ACF D50 - Blog Materiel BTP

  5. Bonjour, effectivement la différence est assez bien expliqué, ce qui est intéressant , c’est la consommation de granulat, plus vous monté dans la pression + vous consommé de l’abrasif, lorsque que vous travaillé a 2.5 bars = 33 kg en 60 mn, le plus compliqué dans le sablage, c’est le chiffrage, car en fonction des matériaux à décapé de l’état de surface demandé et de l’abrasif choisis, le prix sera différent ,si un des ces éléments diffères.
    l’eau a pour but essentiellement d’emprisonné la poussière généré par l’éclatement du granulat et les particules décapées.
    Somme toute, c’est assez explicite, félicitation.
    Marc de ASIC-INDUSTRIES spécialiste du sablage technique.

    • là ou beaucoup de professionnels sêment le trouble, c’est quand il affirment que le sablage à l’eau est moins agressif, ce qui est vrai en théorie; mais bien souvent les opérateurs doivent monter un peu la pression de projection pour éviter de « ramer »..ce qui revient finalement au même résultat; soyons francs ?

  6. bonjour

    je possede une sableuse ACF SR50 avec epurateur et reglage de granulats valeur neuve 4700 euros et un compresseur de chantier 1500L/MIN… je voudrais la modifier en aéro et hydrogommeuse ..j aimerais avoir des conseilles( diametre de buse ,le type de mano detendeur a acheter pour pouvoir regler la pression au plus bas etc )
    merci pour vos reponse et conseils car je voudrais monter ma boite d’aérogommage j’ai pratiquement tout pour demarrer sauf les clients si je n adapte pas ma sableuse en fonction de ce que je veus proposer …
    je laisse mon mail .ray-richard@hotmail.fr car je ne suis pas souvent sur le forum
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *